OCEANIC TRANCE NOTRE NOUVELLE CREATION

OCEANIC TRANCE NOTRE NOUVELLE CREATION

La rencontre envoutante entre des conques et des rythmes afro-gnawa-jazz !

FANFARAÏ PRÉPARE SON 3ème ALBUM !

FANFARAÏ PRÉPARE SON 3ème ALBUM !

RAÏ IS NOT DEAD ! Concert Exceptionnel le 5 novembre au Festival Villes des Musiques du Monde avec Raïna Raï et Sofiane Saïdi.

NOUVEL ALBUM DE NAÏSSAM JALAL & RHYTHMS OF RESISTANCE

NOUVEL ALBUM DE NAÏSSAM JALAL & RHYTHMS OF RESISTANCE

“Coup de Cœur” de l’Académie Charles Cros. De Télérama aux Inrocks en passant par Jazz Mag, « Almot Wala Almazala » a été encensé par la critique.

FANFARAÏ

FRANCE - ALGERIE - MAROC 

  • English
NEWSLETTER

Biographie 

Enfanté en 2005 par la formation traditionnelle Ziyara, FANFARAÏ n’a cessé de se renouveler et de surprendre par ses constantes mutations artistiques. Avec deux albums au compteur (Raï cuivré en 2011 et Tani en 2013) et un troisième sur la route, cette formation unique au monde tisse les liens entre les cultures, les continents, la tradition et la création contemporaine. De la rue à la scène, la formation a mûri grâce à la recherche constante d’un son puissant (et émouvant) et un travail scénique de qualité, et ce, tout en préservant une forte capacité à fédérer le public !

Ce Big Band atypique fait dialoguer les sonorités traditionnelles d’Afrique du Nord, le jazz, les rythmiques et harmonies des musiques latines, turques et tziganes. Avec le cœur à l’ouvrage et l’âme de voyageurs, cette chaleureuse formation cuivrée propose une exploration sonore vibrante et métissée. Revisitant les patrimoines arabo-andalou, gnawa, berbère ou encore chaâbi, FANFARAÏ fait dialoguer les instruments traditionnels de différents continents – derbouka, guellal, karkabou, oud et guembris maghrébins et congas cubaines – avec une section de cuivres puissante, et depuis peu, une formation rythmique basse-clavier-batterie plus actuelle.

Ce goût prononcé du voyage, FANFARAÏ le doit à la rencontre entre ses musiciens issus d’influences et de parcours musicaux divers ainsi qu’à une envie commune de poursuivre la magie des fêtes populaires traditionnelles qui fédèrent les passants autour d’une déambulation ou d’un moment éphémère. Contre vents et marées, FANFARAÏ célèbre le métissage des identités sonores grâce à un univers artistique singulier nourri par un sens poussé de l’improvisation. A cela viennent s’ajouter un travail subtil de réécriture du répertoire classique, une attention toute particulière accordée à la qualité des arrangements, et des composition originales.

Sur scène, les musiciens délivrent une performance sonore autant que visuelle ! Le concentré énergétique et multicolore de FANFARAÏ culmine dans le virevoltement des émotions et la rencontre entre différentes teintes musicales. Les chants habités trouvent un écho dans le chœur puissant des musiciens, les rythmiques traditionnelles d’Afrique du Nord donnent du relief aux envolées cuivrées balkaniques et les solos imprégnés d’un jazz presque « cinématographique » sont autant de voix qui expriment l’âme de FANFARAÏ.

Depuis 2008, la volonté de transmission et la capacité de FANFARAÏ à générer du lien social trouvent une continuité dans des actions pédagogiques à destination de tous les publics et menées avec divers partenaires (Festival des Suds à Arles, Festival Villes des Musiques du Monde, Conservatoires, etc). Cette implication auprès d’un public amateur a donné naissance au 93 Super Raï Band sous la houlette du Festival Villes des Musiques du Monde.

Après avoir tourné dans 17 pays et sur 3 continents, FANFARAÏ souffle un vent de nouveauté sur la scène musicale actuelle avec la préparation d’un nouvel album.

Pour ce nouvel opus, hommage à Boutaïba Sghir, véritable icône du Raï, FANFARAÏ a décidé de rassembler trois générations de musiciens de raï ayant marqué leurs époque en participant à la libération d’une parole et d’une créativité dans une Algérie ligotée par les rivalités internes et l’extrémisme.
L’album sortira en février 2018. Affaire à suivre !

2 spectacles en 2017-18 :
1 – Déambulation et fixe extérieur (acoustique)
2– Concert

Formation
Samir INAL :  derbuka, guellal, kerkabu, ud, chœur
Patrick TOUVET : trompette, chœur
Yvan DJAOUTI : trompette, chœur
Abdelkader TAB : percussions traditionnelles, chant
Hervé LE BOUCHE :  batterie
Olivier COMBROUZE : sax. tenor, baryton, chœur
Bouabdellah KHELIFI : chant, violon, percussions
Emmanuel LE HOUEZEC : sax. alto, flute, chœur
Mehdi CHAIB : sax. soprano, kerkabu, chœur
Antoine GIRAUD : trombone (ou souba),  chœur
Didier COMBROUZE :
basse (ou guitare), chœur
Smaïl BENHOUHOU : claviers, percussions, chœurs
Pour Info

Groupe résident en region parisienne et disponible, toute l’année, à la programmation et pour des actions pédagogiques (Ateliers et Masterclasses)

Agent USA : Mehmet DEDE – ELECTRIC LILA
Agent CANADA : Todd Jordan – PAQUIN ARTISTS AGENCY

 

PRESSE

« …si la musique de Fanfaraï est résolument festive et généreuse, et que leur présence scénique est exaltante et solaire, la fanfare composée « de Français de Bretagne, d’Algériens français, de Français marocains, et de Français jazzeux de France », comme ils aiment à la faire savoir, délivre, aussi bien sur scène que sur disque, un véritable patchwork de cultures et d’identités sonore. Tout en gardant cette âme populaire, forgée dans les rues où l’orchestre, comme toute bonne fanfare, a débuté, Fanfaraï nous fait découvrir les rythmes de la Méditerranée, nous rappelle à la culture arabo-andalouse, plonge dans le mysticisme de la musique gnawa, avant de s’envoler vers le jazz, de laisser transparaitre une pointe de reggae ou de salsa, de laisser résonner dans nos conduits auditifs un arrière-gout klezmer ou arabesk. Bon pour le dire vite et bien, Fanfaraï c’est riche, c’est bon, et c’est cool ! »  Aodren Djolo

::

« Quand elle ne déambule pas en plein air, à la façon de cet orchestre de rues qui rythmaient rituels et grands événements au Maghreb, au début du XXème siècle, la joyeuse troupe n’a pas moins fière allure. Comme sur cette scène parisienne ou les onze musiciens, « Nordistes » et « Sudistes », cultivant leur image de bonne franquette métissée, arborent petits chapeaux, chemises à fleurs multicolores, chèches et calottes brodées. Leur répertoire, encore affiné, sur le deuxième disque, le très funky Tani, est au diapason : raï, chanson kabyle, gnaoui, chaâbi… les airs populaires de la musique arabe, mais aussi turque, y sont revus en fanfare, sur des arrangements cuivrés et percussifs (derbouka, bendir, congas et kerkabous…) aux accents latins, jazz, tziganes ou afro-cubains. Leur générosité, leur énergie, fait plaisir à voir et à entendre. Ca dépote, ça danse, ça rigole : impossible de résister à ce concentré de bonnes vibrations. » Anne Berthod – Télérama

::

« Tout cuivres dehors, Tani, le deuxième disque de la fanfare franco-maghrébine Fanfaraï ressemble à une de ces places des villages de la Méditerranée, une place où l’on danserait et festoierait en plein soleil, aux sons de l’Algérie arabo-andalouse, du Maroc et de la Turquie, sans craindre de partir en jazz ou en reggae. A l’évidence, c’est sur scène que l’énergie et la chaleur de cette musique doit se savourer.” Les Inrocks

::

« D’une rive à l’autre de la Méditerranée, il n’y a en fait que quelques encablures que Fanfaraï s’attache à parcourir en long, en large mais aussi et surtout en travers, histoire bien entendu de mettre encore plus de nuances, d’accents et de saveurs dans une musique qui, tout bien pesé, n’a plus de traditionnel que le nom, et encore. Free raï ou jazz oriental, appelez leur musique comme bon vous semble, elle ne s’en offusquera pas tant elle est ouverte d’esprit !  » Fred Delforge – Zicazic

::

« Fanfaraï’s second cd ‘Tani’ sounds intense, massive and compact and connects western funk and reggae with North African music. A way to bring brass band music throughout the Maghreb.”
Mattie Poels – musicframes.nl

::

“Fanfaraï fait vibrer les tambours et trompettes d’Algérie. Ces « transformers » de génie peuvent aisément se muer en formation scénique, peuplée de cuivres étincelants, de grondements de guembris et de percussions fiévreuses, plus une voix totalement habitée et quelquefois une danseuse frénétique, puis redevenir des manifestants de rue, avant, tard dans la nuit, de jouer les artistes fougueux de bal….Voilà un groupe qui fait autant sensation visuellement – chacun de leur passage rencontre enthousiasme et sifflements d’admiration – qu’auditivement, comme en témoigne leur nouvel album Tani (« le deuxième » en arabe). Alors on danse, et plutôt deux fois qu’une.” Rabah Mezouane – Mondomix

::

” Là où, comme on dit ici, ces «moitié-moitié» français, algériens et marocains passent, l’ennui ne repousse plus…..A travers sa musique atypique, ce groupe cosmopolite arrive à transmettre au public une énergie exceptionnelle dans un esprit de partage et d’ouverture sur l’autre.” Kader B.  – Le Soir d’Algérie

::

“Arabische muziek is een lastig genre om als muziekliefhebber aan te komen. Buiten de gevestigde namen als Khaled en Cheb Mami heb je geen idee waar te beginnen. Xango Music vestigt haar naam als wereldmuziekleverancier in Nederland echter meer en meer. Naast Afrikaanse muziek importeert het bedrijf tegenwoordig ook Arabische platen. Eerder dit jaar bracht het al de prachtige release van het Algerijnse Orchestra El Gusto naar Nederland, met Fanfarai brengt het wederom een heerlijke Algerijnse plaat op de markt.

Het gezelschap combineert Rai muziek met big band klanken en geluiden vanuit de gehele wereld. Dat leidt tot vrolijke combinaties. Hoewel de swing van zigeunerorkesten en latin op het eerste gezicht niet zo goed samen lijkt te gaan met het rauwe Arabisch bewijst de plaat dat het wel goed werkt. Zo combineert de band op ‘Raba EL Haraba’ de Arabische klanken met een reggae en ska ritme.

Maar ook met het gaspedaal wat minder hard ingedrukt komt Fanfarai met heerlijke resultaten. Helaas gebeurt dit zelden en daarmee onderscheidt de band zich ook van Orchestra El Gusto. Het instrumentale ‘Touche Zidane’ opent met een langzame fluitmelodie. Naarmate het nummer vordert wordt het tempo opgeschroefd. Tegen het einde is ook dit lied dansbaar.

Dat deert echter vrij weinig. Het orkest Fanfarai bestaat uit twaalf man en gezamenlijk komen ze het beste tot hun recht in de snelle liedjes. Met hun tweede plaat Tani maken ze een vrolijk en zeer swingend geheel dat nieuwsgierig maakt naar eventuele liveshows. De blender van muziekstijlen zou het uitstekend moeten doen op de wereldmuziekfestivals. Het project swingt vanaf de eerste seconde en de Arabisch luit solo’s gaan moeiteloos over in het koperwerk. Die diversiteit maakt het project een unicum in het muzikale landschap. Het is te hopen dat meer van dit soort platen onze kant op blijven komen.” Kart Jaasma – festivalinfo.nl

::

“Fanfarai logra con su segunda produccion musical Tani un sonido compacto e importante conexion entre el funk, el reggae y musicas magrebies. Fundada en el 2005 por el percusionista Samir Inal en Marsella (Francia), la agrupacion Fanfarai debuto en el 2011 con el album Rai Cuivre.

Goulou l’Rim, una composicion turca de Bayar Burhan, nacio despues de una colaboracion entre Fanfarai y el ensamble marroqui Karagoez, cuyo resultado fue esta endiablada pieza instrumental en 6/8. La hipnotica Raba El Haraba, una pieza que bebe tanto del rai como del reggae, es un homenaje al compositor Boutaiba Sghir el creador del rai moderno-, Antoine Giraud y Gael Fajea se destacan en el solo de trombon y el sousafono respectivamente. Achdah a Taous nos presenta al virtuoso de la mandola Abdenour Djemai. en Touchia Zidane, Fanfarai rinde un vibrante homenaje a la musica arabo-andaluza, mientras Elmina, una composicion del mismo vocalista Abdelkader Tab (Kada), se lo rinde a la musica tradicional del Diwan o gnawa argelino. Zwit Rwit, es una cancion Kabyle -grupo etnico bereber procedente del norte de Argelia- que siempre ha hecho parte del repertorio de Fanfarai. El disco cierra con la demencial descarga Zina Hlima, una pieza que ya habia hecho popular el afamado vocalista argelino Khlaed, y aqui es arreglada por el trompetista Arthur Simon, quien tambien interpreta el solo.

Fanfarai es una de las agrupaciones mas interesantes del world music surgidas en los ultimos anos y esto lo demuestran con esta gema musical que deberia ser estudiada por bandas que deseen fusionar generos. Tani logra crear un discurso que trasciende el espacio, tiempo y la imaginacion.” Solar jazz world

::

“Fanfarai was founded in 2005 by percussionist Samir Inal. He gave the orchestra a kind of celebrating image by using different North African styles played in a spontanious way. On the new cd ‘Tani’ (‘second’) he transformed Fanfarai into a world band.
Fanfarai is a brass band with trumpet, saxophone, trombone and tuba added with (tight played) drums, conga, darbouka and quaraqeb. ‘Nothing new’, you would say. But new and exciting is the North African heart-beat you hear constantly in the music, which is really sweltering: chaabi, rai, gnawa and the poly rhythmic brass and percussion. But you also hear the less interesting sound of an American middle-of-the-road big band in the compositions ‘Saissi’ and ‘Waye Lahbib el Ghali’, which make you feel listening to another cd. They are different than the rest of the album.
Anyway, ‘Tani’ is still a remarkable, reinforced by the charismatic voice of Abdelkader Tab, who is a wonderful singer,percussionist and gumbri player: the gnawa instrument (wonderful in ‘Elmina’). Fanfarai sounds like one orchestra, with clear and tight arrangements. Really nice are the double melodies, played by brass instruments, who give the music a double layer (‘Goulou l’Rim’), filled with solo’s. Fanfarai second cd ‘Tani’ sounds intense, massive and compact and connects western funk and reggae with North African music. A way to bring brass band music throughout the Maghreb.” By Mattie Poels (musicframes.nl)

Références

SELECTION OFFICIELLE WOMEX 2013 – RICH MIX (UK) –  SZIGET FESTIVAL (Hongrie) – JAZZ SOUS LES POMMIERS 2011/2015 (France) – FESTIVAL MAWAZINE 2010/2013  (Maroc)  – AWALN’ART FESTIVAL (Maroc)  – FESTIVAL DES SUDS A ARLES 2010/2013 (France) – FESTIVAL DES HAUTS DE GARONNE  – FESTIVAL VILLES DES MUSIQUES DU MONDE –  HÔTEL DE VILLE DE PARIS  (France) – FESTIVAL TRES CULTURAS (Espagne) RHUR INTERNATIONAL FESTIVAL (Allemagne) – LISBOA MISTURA (Portugal) – LES TEMPS CHAUDS –  FESTIVAL MUSIQUES MÉTISSES – COLOURS OF OSTRAVA (République Tchèque) –  FESTIVAL JAZZ AU FIL DU CHER (France) – FESTIVAL  GLATT & VERKEHRT (Autriche) CITY CULTURAL FESTIVAL (Suède) – ETHNOPORT FESTIVAL (Pologne) – FESTIVAL INTERNATIONAL DE LA MUSIQUE DIWANE (Algérie)  – Fête de la musique de Bruxelles (Belgique), ESPACE SENGHOR  (Belgique), LA NUIT AFRICAINE (Belgique)  –  FIRA MEDITERRANIA DE MANRESA (Espagne) –  FESTIVAL LES ACCROCHE CŒURS – SALON DU LIVRE DE PARIS – PALAIS DES CONGRES DE PARIS – ME YOU ZIC FESTIVAL (Luxembourg) DIE NÄCHTE DES RAMADAN (Allemagne)   –  FESTIVAL AFRICAJARC – FESTIVAL MUSICA POPULAR TRADITIONAL VILANOVA (Espagne) – DURHAM INTERNATIONAL BRASS FESTIVAL 2010/2015 ( UK) FÊTE DE LA MUSIQUE CITE DE L’HISTOIRE DE L’IMMIGRATION  (France) – TURQUISH TOUR 2015 (Istanbul, Ankara, Eskishehir, Gaziantep) – AMERICAN TOUR 2015 (USA/Canada) : Montréal, Toronto, Pittsburgh, Boston, New York, Madison, Bloomington   – RICH MIX (UK) – FESTIVAL LES TRAVERSÉES TATIHOU (France) – PAN PIPER (France) – MUSÉE DU QUAI BRANLY (France) –  5 fois par an au STUDIO DE L’ERMITAGE ( France),
Et beaucoup d’autres dates en France sur de belles scènes ou très proches du public en rue.